Našim Hraničářům

Orchestre d'Harmonie

Našim Hraničářům
Nasim Hranicarum

Compositeur:
Catégorie:
Marche de concert, Marche
Difficulté:
Mittel-/Oberstufe
Durée:
00:03:14
Maison d'édition:
Rundel
Format:
DIN A4
Info:
Partition + Parties
Numéro d'édition:
MVSR2562
Date de publication:
2010

Info

Karel Eška est né et a grandi à Nýřany, à proximité de Plzeň. Durant sa jeunesse, il apprit à jouer de la trompette et du bugle si bien qu’il rejoint en 1912 les rangs du régiment d’infanterie n° 48 en tant qu’élève musicien. Le chef d’orchestre du régiment était à l’époque Georg Wirnitzer. Il devint volontaire en mars 1914 et, en tant que tel, également un membre à part entière de la fanfare régimentaire. Pendant la Première Guerre mondiale, il fut membre du service médical et retourna à Prague via Nagykanizsa en Hongrie et Plzeň début 1918. À cette époque, il était affecté à l’hôpital de Prague en tant que sergent intérimaire. Une nouvelle phase de sa vie commença pour lui lorsqu’il s’enrôla dans l’armée tchécoslovaque le 28 octobre 1918. Les vastes mesures d’organisation de la formation de l’armée eurent naturellement aussi un impact sur la musique militaire. Ainsi, début janvier 1919, les musiciens de l’ancien régiment d’Eška et le régiment d’infanterie n° 69 fusionnèrent pour former l’orchestre de garnison de Plzeň ; la direction était assurée par le chef d’orchestre Josef Horák. Au début de l’année 1919, l’orchestre de l’ancien régiment d’infanterie royale n° 35 se déplaça à Eger, tandis que le régiment lui-même était déplacé en Slovaquie. Karel Eška fuit lui-même affecté à l’unité de remplacement du régiment d’infanterie n° 35 et ainsi à l’orchestre de garnison de Plzeň. Ce dernier fut finalement réorganisé en groupe régimentaire du régiment d’infanterie tchécoslovaque n° 18 sous la direction de Josef Horák. Au cours de sa carrière militaire, Eška fut promu au grade de maître-sergent en 1928 et en juin de la même année, il succéda à Alois Mach en tant que chef de l’orchestre du régiment d’infanterie n° 4 à Hradec Králové. En avril 1929, il devint chef d’orchestre aspirant (adjudant-chef), tandis que trois ans plus tard, en septembre 1932, il est nommé successeur du chef d’orchestre Václav Fiala pour diriger l’orchestre du régiment d’infanterie n° 27, stationné alors en Hongrie à Uherské Hradiště. En octobre 1937, Karel Eška réussit l’examen de chef d’orchestre militaire et est promus le 1er novembre 1937 lieutenant-chef d’orchestre. Pendant l’occupation allemande de la Tchéquie, il est intronisé en 1939 au 5ème bataillon de l’armée gouvernementale à Kutná Hora  et promu en 1943 chef d’orchestre de IIIème classe (premier lieutenant). De mai 1944 à février 1945, il dirigea en Italie l’orchestre Inspectorate I. Après la guerre, il retourna en Tchécoslovaquie et rebâtit l’orchestre militaire de Kutná Hora. En 1945, il devint chef d’orchestre de la 11ème division d’infanterie (de Plzeň). Cet orchestre devint finalement l’orchestre du régiment d’infanterie n° 18 et resta avec le régiment jusqu’à la mi-1948 ; il fut ensuite transféré à Střibro. En 1953, Eška qui avait atteint le sommet de sa carrière militaire fut promu major et prit sa retraite la même année. Le 29 janvier, il décéda dans la petite ville de Dobřív-Janov. Karel Eška composa une série de marches et de danses, rarement exécutées en dehors de son orchestre. La marche « Für unsere Grenzwacht » (Našim Hraničářům) dont le trio populaire remonte à une chanson de 1947, fait exception. Son auteur est le sergent Jaroslav Stoklasa du bataillon de la police aux frontières 1 « Osika » (« Espe »). En Tchécoslovaquie, ce chant fut populaire jusqu’en 1989 et était souvent chant.
 

Ceci pourrait également vous intéresser ...

Voir également

Marine Band of the Royal Netherlands Navy / Pieter Jansen CD (Compact Disc)

Ahoy Prag!

T96162

Našim Hraničářům (Unsere Grenzwache) - Dejvicanka Polka (Skvrnanská) - Dnes vám budem polku hrát! (Jetzt spielen wir) - Herzegowina-Marsch (Hercegovac) - Sváteční polka (Fest Polka) - Jarní sen (Frühlingstraum) - Optimisten-Marsch (Optimistický ...

Info
Stefan Marinoff (Marinov) / Siegfried Rundel Orchestre d'Harmonie

Das Abzeichen

MVSR1733

When the Central Band of the Czechoslovak People’s Army recorded a LP in the nineteen-sixties which was dedicated to ”Marches of the Warsaw Pact States”, Bulgarian marches became known with us for the first time, as this album was available in the ...

Info
Jindrich Brejsek Orchestre d'Harmonie

Mit festem Schritt

MVSR1876

Jindřich Brejšek was born in Prague on March 7, 1931. He studied trumpet and conducting at the Prague conservatory . From 1970 to 1985, Brejšek was pricipal conductor of the Central Army Band of the Czech Republic. Against the expections ...

Info
Frantisek Kmoch / Siegfried Rundel Orchestre d'Harmonie

Musik, Musik

MVSR1551

The gymnastics organization “Sokol” fostered Czech national ideas in an especial way. The majority of the Czech population then lived in Central Bohemia where Kolin is located. There these new ideas fell on particularly fertile ground. In ...

Info
Emil Toft / Siegfried Rundel Orchestre d'Harmonie

Ungarns Kinder

MVSR2590

When we discovered the march “Ungarns Kinder” (“Children from Hungary”) with the Bürgerkapelle Lana in South Tyrol, it was clear on the one hand that this march was a real gem, on the other hand we were not in the position to provide any data on ...

Info