Huldigungsmarsch

Orchestre d'Harmonie

Huldigungsmarsch

WWV 97

Compositeur:
Catégorie:
Pièce de concert, Marche de concert, Classique, Marche
Difficulté:
Ober-/Höchststufe
Durée:
00:05:45
Maison d'édition:
Rundel
Format:
DIN A4
Info:
Partition + Parties
Numéro d'édition:
MVSR2559
Date de publication:
2010

Info

Presque aucun compositeur n’a été aussi rejeté et célébré par ses contemporains que Richard Wagner. Le musicologue de Leipzig Hugo Riemann (1849-1919) le décrit comme « le plus grand compositeur dramatique du 19ème siècle et sans aucun doute le penseur musical le plus énergique et le plus concentré de tous les temps (…) ». Eduard Hanslick, en revanche, rejette radicalement la          « nouvelle musique » de Wagner dans son contenu esthétique. Il adhère à l’idée de « musique permanente », formulée par Brahms, qui n’acquiert sa validité que par sa qualité et ne peut donc pas être soumise à des changements historiques. Pour Wagner, en revanche, il n’y avait pas en son temps de remise en cause du « déclin des arts », déclin provoqué, selon lui, par la séparation des arts individuels depuis la fin de la période classique. Son propre credo artistique se base sur le principe que l’œuvre d’art totale doit s’appuyer sur un concept dramatique supérieur ou un programme. Une conviction qu’il partage avec Franz Liszt, par exemple.

Dans ses œuvres, Wagner alla au-delà des limites classiques de la forme, du thème et de l’harmonie et atteint des dimensions (Tristan et Iseut), qui ouvrirent finalement les portes de la vraie musique moderne et de la dodécaphonie de Schönberg.

La vie de Wagner fut aussi agitée qu’énergique jusqu’à ce qu’il trouve un foyer musical à Bayreuth et soit enfin en mesure d’atteindre son objectif artistique dans la vie.

Il venait de la classe moyenne inférieure. Six mois après sa naissance à Leipzig, son père Carl Friedrich Wagner, fonctionnaire dans la police, décède. Après moins d’un an, sa mère, fille d’un boulanger, épousa l’ami de la famille et acteur, Richard Geyer, qui décéda lui aussi précocement au début de 1821. Wagner eut au total de neuf frères et sœurs. En 1817, il commença à fréquenter l’école sous le nom de Richard Geyer. Après avoir été « nourri » pendant un certain temps par des parents, il vint à Dresde, où il fréquenta la Kreuzschule à partir de 1822. De 1828 à 1830, il vécut à nouveau à Leipzig et fréquenta, cette fois sous le nom de Richard Wagner, la Nikolaischule. Il n’a jamais été entièrement établi si Carl Friedrich Wagner ou Richard Geyer était le père biologique de Wagner. Richard Wagner lui-même souffrit de problèmes d’identité en raison de cette paternité douteuse.

Malgré les circonstances difficiles de sa jeunesse, Wagner acquit une solide éducation. Dans sa jeunesse, il hésita dans son choix professionnel entre poète et musicien, bien que ses propres exigences et objectifs ne pouvaient dans les deux cas, comme il le déclara lui-même, être parmi les plus élevés.
Après de brèves études musicales avec Theodor Weinlig (1780-1842), le chantre de l’église Saint-Thomas, la carrière artistique de Wagner le conduit à un poste de co-répétiteur de Würzburg à Magdeburg, où, en tant que directeur musical, il joue son premier opéra « Das Liebesverbot ».

La suite de la carrière de Wagner fut marquée à la fois par de plus grands triomphes et des échecs humiliants avant qu’en 1864, il ne trouve dans le roi Louis II de Bavière (1845-1886) un admirateur ardent qui soutint généreusement ses idéaux artistiques intellectuellement et matériellement.

Le jour de la mort de son père, le roi Maximilien, le 10 mars 1864, Louis II est couronné roi à dix-huit ans. Quelques années plus tôt, en 1861, il avait entendu « Tannhäuser » et « Lohengrin » de Wagner, le début d’une affinité presque « addictive » pour sa musique. Immédiatement après son accession au trône, Louis II envoya à Wagner 170 000 florins pour promouvoir ses projets artistiques et permettre des représentations appropriées de ses opéras à Munich. La première rencontre personnelle entre Louis et Wagner eut lieu début mai 1864.

Wagner écrivit sa « Huldigungsmarsch » en guise de cadeau et de salutation à Louis à l’occasion de son anniversaire le 25 août 1864. La première représentation en présence du roi n’eut cependant lieu que le 5 octobre à Munich. Une série de circonstances extérieures, dont la mort soudaine du chef de l’orchestre militaire de Munich, Peter Streck (1797-1864), deux jours avant la représentation, empêchèrent la représentation. Selon une nécrologie, Streck semble avoir succombé à une crise cardiaque sous la pression des préparatifs du concert, avec la copie de parties peu avant la représentation, l’organisation de répétitions, le voyage à Hohenschwangau avec un total de 80 musiciens et les exigences musicales énormes formulées par Wagner.  

La « Huldigungsmarsch » porte la signature typique de Wagner. Il écrit lui-même sur son morceau avoir composé quelque chose « de Lohengrin et Tannhäuser et peut-être quelque chose de nouveau ». L’œuvre est une œuvre formelle de génie, exceptionnellement riche en son et en instrumentation, mais qui apparaît dans l’ensemble un peu trop routinière. La représentation ne semble pas non plus avoir laissé une impression durable sur Louis II, car aucune déclaration significative du roi sur l’œuvre n’a survécu. Malgré ces limites, la « Huldigungsmarsch » en tant qu’œuvre originale de Wagner pour orchestre à vent fait désormais partie intégrante de nos programmes.

L’instrumentation à vent demandée à l’origine par Wagner est intéressante, car elle ne serait plus réalisable sous cette forme de nos jours. En plus de 2 petites flûtes en ré bémol, il réclama 4 grandes flûtes également en ré bémol, 1 clarinette en la bémol, 2 clarinettes en mi bémol et 14 clarinettes en si. 2 trompettes en si alto, 4 en fa, 2 en mi bémol et 4 trompettes basse, 3 bugles, 3 cors alto, 4 cors ténor/baryton et 6 tubas basse. Grâce à l’arrangement de Siegmund Goldhammer pour orchestre à vent moderne, cette œuvre impressionnante, presque oubliée, peut à nouveau être présentée à un large public.

Médiathèque

VIDEO 20.04.2013

Huldigungsmarsch (Richard Wagner / arr. Siegmund Goldhammer)


"Huldigungsmarsch" von Richard Wagner in einem Arrangement von Siegmund Goldhammer, gespielt von der Bürgerkapelle Brixen unter der Leitung von Hans ...


Info

Ceci pourrait également vous intéresser ...

Voir également

Landesjugendblasorchester Sachsen / Peter Vierneisel CD (Compact Disc)

Sinfonische Bläsermusik Vol.3

MVSR060-2

Repertoire: Toccata & Fugue in d BWV 565 - Academic Festival Overture op.80 - Tuba Concerto (Allegro assai - Andantino cantabile - Prestissimo) - Huldigungsmarsch WWV 97 - Frýdlant Suite / Friedland Suite / Frydlant Suite (Teil 1: 1. Sivá ...

Info